Culture


The Scent : Dubai accueille son premier salon dédié aux fragrances de niche

Du 30 janvier au 1er février 2018, la "Fragrance Foundation Arabia" organise à Dubai, le tout premier salon du Moyen-Orient dédié aux parfums de niche. L'occasion de découvrir les dernières innovations et les flacons les plus artistiques imaginés par la crème de la Haute Parfumerie. Un évènement multi-sensoriel incontournable !

Rencontre avec Shahzad Haider, Président de "The Fragrance Foundation Arabia"


Pourquoi avez-vous décidé de créer The Scent ?

Cela fait plus de 11 ans que je travaille avec l'industrie du parfum, plus particulièrement avec les fragrances luxueuses et de niche, au niveau régional et international. Etant le Président de "The Fragrance Foundation Arabia", j'ai pris plaisir à voyager pour assister aux évènements les plus luxueux et exclusifs liés aux fragrances de niche et, j'ai toujours été très impressionné par la créativité olfactive des marques. Vivant au Moyen-Orient depuis presque 20 ans, je me suis plus particulièrement pris de passion pour les fragrances de la région. De plus, les consommateurs du Moyen-Orient ont des revenus très élevés et apprécient énormément le parfum, sa diversité, son utilisation et les dernières tendances. Le concept de The Scent a été imaginé il y a environ quatre ans et, j'ai pu en parler à mes associés régionaux et internationaux afin que nous puissions créer une expérience artistique pour les fragrances de niche à Dubai.

Quels sont les atouts principaux de The Scent ?



Tout d'abord, le fait d'organiser cela au Moyen-Orient est, je pense, le principal atout du projet. Les consommateurs arabes n'utilisent pas la fragrance en tant que simple accessoire cosmétique mais, en tant que rituel quotidien. Les férus de parfums au Moyen-Orient ont une tradition qu'ils appellent "Layering Effect" (effet de superposition). Ils portent de 3 à 7 fragrances différentes en même temps. Leur but est de créer leur propre recette de fragrance qui ne peut pas être imitée ou découverte par les autres. Le but de The Scent est d'attirer les consommateurs férus de fragrances mais aussi d'avoir un impact important sur l'innovation et la diversité de l'industrie Arabe du parfum. Bien évidemment, The Scent va booster les ventes de fragrances au Moyen-Orient, ce qui n'est pas négligeable. Je ne connais aucune marque de niche ou "grand public" qui n'a pas apprécié le côté Oriental proposé par The Scent. La comparaison, l'évaluation, la rencontre entre les marques occidentales et orientales va certainement créer une incroyable expérience d'apprentissage, autant pour les consommateurs que pour les conservateurs présents. Ce scénario unique risque sûrement de créer des opportunités infinies pour les marques qui ont le potentiel d'attirer les plus grosses fortunes et les plus gros dépensiers du Moyen-Orient.

Quel type d'expérience pourront-nous retrouver à The Scent ?



La toile de fond de The Scent est l'Art avec au premier plan, les fragrances de niche. Nous avons imaginé le projet comme une expérience artistique où l'art fusionne avec les fragrances. La musique, la peinture, la mode, l'art : tout sera représenté durant le salon. Vous pourrez retrouver de nombreuses marques de niche, des marques artistiques, des parfumeurs célèbres, des experts... Le business sera également de la partie avec la présence de détaillants et revendeurs très importants, de distributeurs, de négociants...

Quels sont vos objectifs ?



La reconnaissance et l'appréciation des fragrances de niche est l'objectif principal de ce projet unique au Moyen-Orient. La mondialisation est la clé du succès, notamment pour l'industrie du parfum. C'est un phénomène très récent, les meilleures marques internationales se mettent à adopter des notes orientales pour attirer les consommateurs arabes. Aujourd'hui, c'est un "must-have". Nous n'avons établi aucune limite à notre apprentissage tout comme nous n'avons aucune limite dans notre amour pour l'art et les fragrances. L'Occident a beaucoup à apprendre des consommateurs arabes et des marques du Moyen-Orient qui ont un avenir radieux qui les attend en Occident. Nous avons besoin l'un de l'autre pour partager cette expérience et apprendre de nos racines régionales respectives.

Quelle est votre vision du Luxe ?

Pour moi le Luxe c'est l'indépendance et la personnalisation. Le Luxe doit être unique, cela ne doit pas être une copie, il doit être individuel et non commun, il ne doit pas être populaire, il doit être exclusif et non dédié à la masse.

Comment évolue le marché de la parfumerie et des fragrances de niche au Moyen-Orient ?



Tout comme l'industrie mondiale du parfum évolue du "mass-market" (marché de masse) au marché du prestige et de niche, on peut constater la même tendance au Moyen-Orient depuis quelques années. Les amateurs de fragrances sont toujours en quête d'exclusivité, ils définissent aussi leur personnalité en fonction du parfum qu'ils portent. En Occident, la tendance est au floral, au frais, au fruité à cause de la tradition, des conditions météorologiques et des souhaits des consommateurs. Au Moyen-Orient, on est plus sur l'oriental, le boisé, l'Oud, l'encens. Avec l'internationalisation des fragrances, ces limites semblent disparaître. Avant, les goûts occidentaux dominaient à l'international, même au Moyen-Orient mais, cela a définitivement changé aujourd'hui avec le cycle naturel de l'économie. Plus que jamais, les consommateurs occidentaux sont intrigués par les notes et par les tendances orientales. La plupart des grandes marques multinationales utilise désormais l'Oud, l'encens et les effluves orientales. Cette adaptation permet de réunir le meilleur des deux mondes. Les marques occidentales sont ravies d'attirer l'attention des consommateurs du Moyen-Orient et, en réponse à cela, le marché du Moyen-Orient répond parfaitement à leurs attentes.
Septembre 2017
Par La rédaction
http://thescent.org/
Du 30 janvier au 1er février 2018
Dubai Design District