A La Une


Scène artistique hype au 798 Dashanzi à Pékin

Un séjour à Pékin ne s’aborde pas sans découvrir la vie culturelle de Pékin. Pour les plus sceptiques, allez faire un tour au 798, dans le quartier Dashanzi. Une ancienne usine militaire désaffectée des années 50, créée par des ingénieurs est- allemands, sert depuis 2004, de cadre à une multitude de galeries nationales ou internationales d’un genre nouveau.
Pekin
Pekin
Pekin
Pekin
Pekin

Une ancienne usine d’armement


C’est dans cet ensemble destiné à la fabrication de composants électroniques pour l’armement chinois, que des artistes chassés de leurs ateliers, proches de l’ancien palais d’été, ont investi la place au début des années 90, le rythme s’accélérant dans les années 2000. Ces bâtiments ont très vite été colonisés et « squattés » par des "créateurs." Un désir de liberté s’est alors exprimé à travers la peinture ou la sculpture, déchaînant les pinceaux sur un Mao transformé en icône pop ! Les galeristes, toujours en quête de nouveautés et de tendances, ont vite compris l’émergence d’un nouvel art figuratif et sont rapidement venus s’installer.


Des galeries reconnues


En 2008, reconnaissance ambigüe du gouvernement qui a vite accompagné ce mouvement, tout en se laissant la possibilité d’exproprier tout ce petit monde, afin d'exploiter le terrain en construisant des gratte-ciel, business oblige !
Hadrien de Montferrant, (un des 2 galeristes Français) s’est installé depuis 5 ans en Chine. Après avoir travaillé pour Artcurial, il a ouvert sa propre galerie dans ce district et présente des œuvres originales de Chinois et d'étrangers, sur papier. Lui-même ressent cet engouement incroyable des Chinois pour toute forme d’art, (ils en ont été sevrés si longtemps). Mais pour autant, il ne se fait pas d’illusion sur la motivation d’achat des autochtones qui se fait en priorité sur la culture et les marques. A ses yeux trois courants de peinture émergent : Le courant traditionnel avec des peintures intégrant l’eau, rochers, galets, ainsi que la calligraphie. Le courant académique hérité des russes. Une peinture hyper réaliste et pleine d’émotion. Enfin le courant international comprenant sculptures, peintures, dessins vidéos…


Plus de 200 galeries


Aujourd’hui, il existe plus de 250 galeries, mais tous les jours de nouvelles voient le jour ou ferment. Italiens, allemands, japonais, chinois et beaucoup de coréens s’installent aujourd’hui dans ce quartier. Nouvel élan culturel, les artistes actuels, longtemps frustrés par l’idéologie officielle, sont à l’écoute des tendances occidentales, sans renier leurs racines. Certains intègrent même des collections internationales.


Quelques galeries à voir


Certains surfent sur la vague de cet engouement pour ce pop art branché et déjanté, présentant des artistes occidentaux ou locaux aux riches acheteurs chinois. Un galeriste plus connu que les autres (le baron belge Guy Ullens) a été foudroyé par cette nouvelle iconographie, créant dans un bâtiment désaffecté sur les plans de Jean-Michel Wilmotte, sa fondation pour l’art contemporain chinois, UCCA, aujourd’hui dirigée par Jérôme Sans. Galerie Tang, une des premières galeries reconnues en Chine au 798 où vous verrez des œuvres à double lecture. Enfin la Faurshou Foundation où vous pourrez voir des œuvres de AI Weiwei Caochangdi : un nouveau district culturel
Gardons en mémoire, que ce marché de l’art n’a qu’une vingtaine d’années et que les chinois achètent en priorité la culture et les marques. Un autre quartier similaire à Dashanzi s’est crée à Caochangdi, où le plus grand artiste national, Xiang Fanghi s’est installé. Ce périmètre a son identité propre. Vous pourrez y visiter le Shang Art qui regroupe plusieurs marques, dont Huge Character, Meg Maggio, Art Channel ou The Three Shadows Photography Art center dessiné par le célèbre Ai Weiwei, peintre subversif et opposant au gouvernement chinois, qui a été plusieurs fois emprisonné.
Cet art devenu majeur, grâce à ses côtes astronomiques, a de quoi faire tourner les têtes. Mais combien de temps durera cet engouement ?

Octobre 2012
Par Katya PELLEGRINO
Mon avis :
Un lieu indispensable à visiter, d’autant plus pour les amateurs d’art. Le quartier regroupant aussi bien restaurants, bars, boutiques que galeries, prévoyez d’y déjeuner sur place, pour avoir le temps de vous balader, semelles au vent. Vous verrez d’étranges sculptures, vous trouverez nez à nez, avec des chiens en bronze ou des assemblages hétéroclites. Autres galeries à voir : Unmask ou Long March Space, dont le propriétaire a une activité de mécénat . C’est un artiste chinois de 55 ans qui a vécu en Allemagne.