Portraits


LOeil de Katya avec Alban Mayne Co-fondateur de Beauty Disrupted

« Sur 80 Milliards de bouteilles de shampoings et après-shampoings fabriqués chaque année dans le monde, moins de 10% sont recyclés, le reste jonchant la plupart du temps les fonds marins ou bien flottants à la surface de l’eau » C’est sur ce constat alarmant qu’Alban Mayne et Svante Holm, deux amis qui se sont connus dans la High Tech, ont décidé de tourner le dos à une carrière prometteuse, pour se lancer dans une gamme de cosmétiques solides, "Beauty Disrupted. Celle-ci s’inscrit dans une démarche inclusive et écologique, proposant des soins végans pour le corps et les cheveux, formulés avec Zéro plastique.
Rencontre avec Katya Pellegrino
Alban Mayne et Svante Holm


Après deux ans d'intense travail, Beauty Disrupted lancé le 8 juin 2021, le jour de l’Océan World, bouscule les codes de la cosmétique avec sa gamme de shampoings, après-shampoings, savons et mousse à raser en format solide.
Sans compromission sur la qualité avec un engagement 100 % énergie renouvelable, écologique et un véritable plaisir d’utilisation, ces produits designés à Stockholm, sont ensuite façonnés dans le Sud de la France en partenariat avec des laboratoires de Grasse pour la fragrance. De la conception à la dégradation des produits, tout a été étudié pour limiter au maximum l’impact sur l’environnement.
Trois gammes inspirées d’écosystèmes touchés par le dérèglement climatique, surconsommation ou pollution existent à l’heure actuelle et s’étofferont au fil du temps : Alpina Glow, Amazonia Amour et .Ocean Magic,

Qui est Alban Mayne ?

Alban avec le shampoing Beauty Disrupted

Né à Lille, ayant grandi à Dunkerque à Bray-Dunes, j’ai eu la chance d’avoir une maison au bord de la mer et de pouvoir naviguer tous les jours en dériveur ce qui explique mon attirance pour les mers, les océans et les baleines, en résumé tous les écosystèmes marins.
De surcroît, Maman étant née en Afrique, à Bamako (Mali), j’ai également toujours baigné et grandi avec ses souvenirs de nature, faune et vie sauvage.
J’ai fait mes études à Lille, à l’Ecole Supérieure de Commerce, étudiant le marketing puis à 23 ans je suis parti aux États-Unis pour faire un MBA dans le Michigan non loin de Détroit.
Durant deux ans ce fut une belle expérience puis je suis revenu à Paris où j’ai exercé le métier de consultant en contrôle de gestion, finance et marketing.
A 27 ans, HP, l’un de mes clients, m’a débauché. J’ai aimé cette société qui a beaucoup de valeurs en termes d’humanité, d’écologie et de diversité.
Déjà à l'époque des années 2000 elle était très impliqué dans l’écologie, le recyclage du papier, des cartouches et avec la parité homme femme
Durant ces années HP, J’ai fait pas mal de marketing, de vente et géré les pays émergeants comme la Grèce la Turquie le Moyen-Orient et l'Afrique (notamment l'Afrique du Sud).
Je suis resté 10 ans dans la société puis Logitech m’a contacté en 2012 (38 ans) me proposant de devenir directeur du marketing pour l’Europe et de m’occuper de la gestion et de la catégorie des produits (souris, claviers) pour l’Europe et l’Asie.
Mon idée en acceptant ce poste était aussi d’avoir un impact environnemental et de m'engager sur des objectifs concernant la taille des boîtes, moins de plastique et plus de plastique recyclé.

Quel a été le déclic qui vous a donné l’envie de créer Beauty Disrupted avec votre ami et cofondateur Svante Holm ?

Alban et Svante

Il y a eu trois déclics :
Le premier : navigant très souvent sur les mers et les océans, là où il y a du vent, j’ai remarqué à quel point l’eau était polluée par un nombre incalculable de plastique et de bouteilles. 10 % flotte, le reste se trouve au fond. J’ai eu une prise de conscience de l’impact du plastique sur l’océan.
Il faut savoir que seulement 9 % du plastique est recyclé chaque année et on produit la même masse de plastique que d’humains.
Deuxièmement j’ai eu la chance de rencontrer Paul Watson, le fondateur de Sea Shepherd, une ONG qui protège les animaux marins. Il avait à l’époque co-créé Green Peace.
Cet homme m’a subjugué et impressionné par sa vision claire et pure. Il semble être habité par sa mission.
Au départ je voulais le rencontrer pour voir ce que nous pourrions monter comme opération avec Logitech.
Troisième déclic en tant que responsable de Logitech pour l’Europe et l’Asie. Une année je suis parti en Inde et j’ai eu la chance de voir un événement Kumbh Mela qui avait lieu le week-end. Un festival très spirituel qui attire près de 60 millions d’indous qui se baignent dans le Gange.
Cela m’a impacté émotionnellement et lorsque je suis parti à Shanghai pour discuter d’un contrat j’ai réalisé qu’il fallait que je parte et que je crée autre chose qui corresponde réellement à mes aspirations en termes d’écologie et d’impact sur la planète.

Combien de temps êtes-vous resté chez Logitech ?

Je suis resté six ans et demi, puis j’ai quitté la société en 2019.

Comment avez-vous alors décidé de fonder Beauty Disrupted ?

Alban Mayne et Svante Holm - © Alban

Mon très bon ami et super associé Svante Holm (suédois) né à Gotenborg, qui a vécu aussi près de l’Océan, avait travaillé chez Apple puis chez Logitech mais en était parti depuis.
Nous étions sur la même longueur d’onde et très complémentaires en termes de caractère, de culture, de vision. Nous partagions des valeurs communes, inquiets pour l’environnement.
Nous avons alors décidé de créer quelque chose qui corresponde à nos aspirations.
À un moment nous lisons un article qui met en avant les statistiques concernant le gaspillage et l’impact de 80 milliards de bouteilles de shampooing et après-shampoing sur les océans et moins de 10% de plastique recyclé. Véritable aberration écologique mais le problème réside dans la saturation de la capacité de recyclage.
Pour les bouteilles transparentes, il y a environ 45%/50% de recyclage donc plus facile à gérer
Il se trouve que j’avais, en partant de Logitech, suivi une formation généraliste à Cambridge sur l’environnement , qui nous a bien aidé pour appliquer les fondamentaux, à savoir ne pas travailler en silo mais de manière intégrée.
Cette formation nous a permis de mieux comprendre le sens de l’écologie, la manière de l’aborder et comment l’aider non pas en l’appréhendant sous forme de silo mais en intégrant un ensemble d’éléments qui permettrait d’avoir un réel impact
Suite à ces statistiques nous prenons la décision en 2019 de fonder Beauty Disrupted en créant des produits zéro plastique.

Quelle a été votre approche ?


Auparavant nous avons étudié le marché, sa taille, les barrières à l’achat pour voir si nous pouvions avoir un réel impact sur l’achat.
Nous avons acheté 50 produits de 50 marques de cosmétiques solides et les avons toutes testées.
Nous avons remarqué qu’aucune n’était ciblée premium ni dans le luxe, sans optique d’optimisation et d’expérience plaisir. La revendication écologique était là mais le positionnement n’était pas haut de gamme. Et en termes de fragrances, de plaisir d’utilisation, de mousse… cela laissait à désirer.
Nous décidons alors de créer notre propre marque premium solide qui apporte autant de plaisir qu’un shampoing liquide haut de gamme.



Avec l’objectif de proposer à notre future clientèle une très belle expérience équivalente, même supérieure à que ce qu’il existait en shampoing liquide. Nous avons donc créé notre cahier des charges sans compromission sur la qualité du produit.
C’est ainsi qu’est né le shampoing solide qui délivre autant de plaisir !

Quel était votre cahier des charges ?

Rasage -apply-water-and-shaving-bar - © Beauty Disrupted

Produit premium
100% d’énergie renouvelable
Plaisir d’utilisation
Aspect visuel et novateur, élégant
Produit écologique
Fragrance agréable à l’odorat
Une prise en main agréable grâce à une bonne ergonomie du savon solide
Un design attrayant avec un packaging qui sert d’étui et de repose-savon, totalement recyclable.
Nous avons également beaucoup travaillé la mousse (crémeuse, plaisante, hydratante) afin d’avoir le même effet pour le client que son shampoing liquide.
Nous avons d’ailleurs fait un test avec 200 consommateurs qui devaient essayer notre shampoing solide en comparant avec leur shampoing liquide préféré. Plus de 91% ont trouvé le produit au moins aussi bien ou même mieux que le leur.
Quant aux critiques, pour certaines elles concernaient le stockage.
Enfin nous reversons 20% de nos bénéfices à des associations qui protègent notre planète et combattent les dérèglements climatiques.

Quelle gamme avez-vous à ce jour ?

Les produits de Beauty Disrupted - © Beauty Disrupted

Nous proposons déjà shampoing, après-shampoing, savon corps et mains et mousse à raser.
Nous avons travaillé 9 mois avec un parfumeur à Grasse spécialiste des fragrances bio. Il nous a créé 3 fragrances rappelant les 3 univers que nous souhaitions lancer à savoir :
Alpine Glow, Amazonian Amour, Ocean Magic.
L’une nous emmène dans les Alpes l’autre en forêt amazonienne, et la troisième au bord de l’Océan.

Les produits de Beauty Disrupted - © Beauty Disrupted


De surcroît, plus besoin de porte-savon, nos boîtes en carton sont conçues pour conserver le savon même mouillé et permettre d’identifier le shampoing de l’après-shampoing.

Quand avez-vous commencé à travailler sur le projet ?

En 2019, en plein Covid.

Quelle est la durée des shampooings ?

Imaginez qu’un shampoing en savon solide représente la consommation de 2X 250 ml de shampoing liquide et 3 bouteilles d’après-shampoing pour un savon équivalent.
Nous divisons donc par deux la consommation et l’impact du plastique sur la planète.

Combien de fournisseurs avez-vous?

Les produits de Beauty Disrupted - © Beauty Disrupted

Nous en avons quatre à cinq dont un qui travaille également pour Hermès et Dior avec comme charte d’utiliser 100% d’énergie renouvelable pour notre production.
Pour le choix des fournisseurs nous avons privilégié ceux qui travaillent dans le luxe et partagent la même vision et la même philosophie que nous.
Nous reversons 20% des bénéfices de nos collections à des ONG, ce qui est d’ailleurs inscrit dans nos statuts.

Quelle est la base des ingrédients de vos produits solides ?


Nous travaillons avec beaucoup d’huile comme par exemple l’huile Inca Inchi amazonienne, utilisée par les mayas, , très vertueuse, qui répare et hydrate bien les cheveux, tout en participant à la protection des forêts
Chaque collection a ses propres ingrédients, sa base, son huile et sa fragrance.

Avez-vous rencontré des difficultés durant la création de votre société ?

Dans la mesure où nous étions alignés avec nous-mêmes et nos valeurs, passionnés par ce que nous proposons, nous n’avons rencontré que des personnes en face de nous qui ont compris le projet et se sont eux-mêmes engagés alors que la période était d’autant plus difficile que nous étions en plein Covid. Ensuite bien entendu nous avons été confrontés à des difficultés, comme toute start-up, dont certaines techniques comme la formulation par exemple.

Comment vous projetez-vous dans 10 ans sur ce marché de luxe responsable en pleine expansion qui concerne toute la planète ?

Notre objectif est de faire bouger le marché mondial en ayant un impact sur l’ensemble des grandes marques et enseignes de consommation aussi bien cosmétiques qu’alimentaires.
Par exemple qu’il n’y ait plus de bouteilles de shampoing en plastique vendues au Printemps ou au Galeries Lafayette.
Nous nous sommes très inspirés du modèle de la société Patagonia et celui de Tesla. Ce dernier a été totalement disruptif pour ses voitures tout en ayant les mêmes performances pour la conduite.
La clé c’est de conserver les sensations, le plaisir avec des moyens différents.
Dans nos bilans, une de nos Metrics concerne le nombre de bouteilles supprimées grâce à nos produits vendus.

Quel est le profil de vos investisseurs ?

C’est un mix d’entrepreneurs français, suisses, suédois, néerlandais, italiens ou encore américains qui partagent les mêmes valeurs, s’impliquent en apportant eux-mêmes leur propre vision et nous laissent le temps nécessaire pour construire la marque.

Quels sont vos distributeurs actuels.

Printemps - Tout commence - © Printemps
nose_exterior - © nose_PARIS
Printemps - Beaute naturelle - © Printemps

Nous sommes contactés par 4 à 5 distributeurs par semaine mais nous sommes très sélectifs souhaitant rester cohérents avec notre philosophie. Nous choisissons nos distributeurs pour des raisons humaines et qualitatives avec une ligne de luxe responsable.
Nous avons démarré par les Pays-Bas avec Skin Cosmetics un peu l’équivalent de Oh My Cream, qui nous a permis de nous faire connaître. Les Pays-Bas est un marché pilote, assez révélateur de l’Europe. Puis en Suède avec NK, l’équivalent du Printemps en France à Paris.
En Allemagne chez Basler Beauty.
Nous sommes aussi au Printemps qui a fait une campagne en septembre 2021 qui s’appelle « Uni vers le Beau Responsable » et a ouvert le 7ème Ciel, ainsi que chez Nose à Paris. Enfin nous vendons sur notre site beautydisrupted.com

Avez-vous également l’objectif d’être diffusé dans les spas ?

Souki Lodge - © MR. TRIPLER
Photo Six Senses - © Beauty Disrupted

Absolument. Les spas d’hôtels sont également dans notre Stratégie de développement.
Nous sommes par exemple à l’hôtel Diplomat à Stockholm, dans un Eco Lodge à Chamonix qui s’appelle Aikoa, enfin près de Montpellier à Souki Lodge & Spa qui vient de remporter l'Award 2022 du plus beau Lodge au monde et aux Six & Senses à Courchevel.

J’imagine que vous avez d’autres projets d’expansion ?

Produits Beauty Disrupted - © Beauty Disrupted

Oui nous avons en vue de continuer à nous développer cette année en Europe de l’Ouest, plus particulièrement dans les pays nordiques, en France, Benelux, Allemagne, Suisse et en ligne de mire les USA en 2023.
Sans parler de la vente en ligne qui fonctionne déjà très bien et que nous allons développer.

Vous allez développer votre gamme ?

Beauty Disrupted - © Beauty Disrupted

Oui nous regardons dans différentes directions, mais beaucoup de choses à faire et une infinité de produits à créer !
Les produits seront choisis en fonction de l’impact sur l’environnement et de la pertinence par rapport à la marque sans compromission pour la qualité, en correspondant à notre charte.

Quand avez-vous lancé votre société Beauty Disrupted ?

Nous l’avons lancé le 8 juin 2021 le jour mondial des Océans (World Ocean.Day) et avons reversé 100% du notre chiffre d'affaires de la collection Ocean Magic à Sea Shepherd France afin de protéger les Océans.

Quel regard portez-vous sur le bio ?

Nous aimerions que tous nos produits soient déjà bio, mais encore un peu difficile aujourd’hui au niveau de la production actuelle et nous travaillons encore sur certains produits pour la base.
Nous visons le 100% bio et ne transigerons pas, car nous n’achèterons pas la certification.
Mais nous voulons dans un futur proche que nos produits soient 100 % bio pour l’impact sur l’environnement.
Actuellement nos ingrédients sont locaux, traçables, testés sous contrôle dermatologique et totalement exempts de parabène, de silicone, d’alcool desséchant, de SLS et de SLES.

Quel est votre vision des marques à leur actuelle ?

Notre objectif reste que le client n’ait plus à choisir entre le luxe le luxe responsable

Parlez-nous de la plate-forme 1.618 Paris sur laquelle vous êtes et vos certifications ?

GUIDE_Screenshot - © Beauty Disrupted

Nous faisons partie de 1.618 Paris, une plate-forme qui regroupe un ensemble de marques premium et éco avec une certification sur des engagements d’éco responsabilité.


Actuellement quelles certifications avez-vous ?

Nous venons d'apprendre que nous avons obtenu la certification B-Corp !
Une société de certification qui regarde à 360 ° l’aspect social, comment on travaille localement, avec les fournisseurs, avec les clients…
Ce dépôt de certification est très sérieux et demande 2 ans de vérification avant éventuellement de vous l'octroyer. C’est une véritable charte de bonne conscience et de bonne conduite.
Aujourd’hui B-Corp compte près de 5000 entreprises dans le monde . En France sur près de 4 millions d'entreprises, seules 200 ont la certification B-Corp.
Nous sommes tellement fiers et ravis de l'avoir obtenu !

Bien entendu nous sommes également très contents d’avoir le statut Pending,
Les produits Beauty Disrupted sont aussi Cruelty Free et nous avons la certification Peta Vegan.
Quant à nos cartons et boîtes d’emballage, ils sont aussi certifiés FSC.

Parlez nous de vos profils de femmes sur votre site ?

Kiera as Charlie - © Kiera as Charlie
Kiera x desert flower foundation - © Kiera as Charlie

Nous rencontrons beaucoup de femmes formidables depuis notre projet et avons décidé de mettre en avant toutes celles qui sont impliquées dans des projets environnementaux ou sociétaux.
Nous avons par exemple Chiara Chaplin impliquée entre autres dans la défense des droits de la femme, des causes écologiques, la protection de la planète, Liv Sansoz, Championne du Monde de l’escalade et amoureuse de la montagne, Lamya Essemlali : Ocean Warrior et Présidente de Sea Shepherd France ou Li Karlsén, plongeuse en apnée suédoise, chasseuse de pirates et amoureuse de l’océan

Commet décrivez-vous le Luxe Responsable pour Beauty Disrupted ?

Chez Beauty Disrupted, le luxe responsable est avant tout une question de respect et de bienveillance. Respect et bienveillance pour les agriculteurs qui nous fournissent nos ingrédients naturels et véganes. Respect et bienveillance envers la planète et tous ses habitants. Respect pour tous nos partenaires et nos formidables équipes du Sud de la France qui façonnent nos produits. Et bien sûr, pour nos clients qui achètent nos produits et nous encouragent à dépasser nos limites. Nous leur devons des produits de qualité qui, non seulement, leur offrent une expérience d’utilisation luxueuse et unique mais aussi vertueuse tant pour leur corps que pour notre incroyable planète.

Quelle est votre définition du Luxe ?

Alban Mayne

Le luxe est pour moi la capacité de conserver l’insouciance de notre enfance. Cette capacité à vivre l’instant présent et uniquement cet instant. Ne pas se soucier du lendemain ni des terribles évènements qui secouent le monde. Et, pour moi, la seule façon de pouvoir jouir de cet instant est de faire de mon mieux, à mon humble échelle afin d’essayer d’avoir un impact positif. Ainsi, la création de Beauty Disrupted avec mon associé Svante Holm me permet de mieux vivre et de me lever chaque jour avec un grand sourire. Travailler sans avoir l’impression de travailler car l’on participe à une mission beaucoup plus grande que nous et totalement alignée avec ses valeurs, n’est-ce-pas le luxe?

Quel est le luxe dont vous ne sauriez-vous passer ?

J’ai passé mon enfance au bord de la mer du Nord. J’ai eu l’immense chance de pouvoir naviguer avec mon petit dériveur (un joli moth europe bleu marine et blanc avec le mat et la bôme en bois, magnifique !) toutes les semaines ou presque. Bien qu’aujourd’hui je vive à côté du Lac Léman, l’Océan me manque chaque jour. Ainsi, je ne peux pas me passer de naviguer sur l’océan lorsque je suis en vacances, idéalement en famille et avec mes enfants. C’est ce luxe dont je ne saurais me passer : la communion avec l’océan sur mon bateau à voile en famille et pourquoi pas avec des dauphins qui dansent ou même des baleines qui chantent autour de nous!

Et votre comble du luxe ?

Le comble du luxe est un luxe régénératif, qui maintient ou plutôt contribue à augmenter la biodiversité et la viabilité de notre planète. Il s’agit d’un luxe, qui, lorsque l’on en jouit rend notre planète encore plus belle et encore plus forte. Un luxe qui contribue au luxe d’une nature chatoyante, vivante et accueillante. Le comble du luxe est donc un luxe régénératif & inclusif. Il est l’opposé du luxe exclusif réservé à peu d’entre nous et qui souvent coûte à ceux qui le produisent et trop souvent à notre planète et sa biodiversité
Avril 2022
Par Katya PELLEGRINO