Bien-Être & Santé


Billet d’humeur N° 5 du Dr J.F.Bézot Biologiste : Lancer un défi au temps pour les Femmes !

« Être une femme qui conserve ses facultés d’attention et sa mémoire, qui maîtrise son poids, sa silhouette, qui entretient naturellement l’hydratation et la trophicité de sa peau et de ses muqueuses, qui entretient une sexualité épanouissante, qui maintient son activité, va conserver d’elle-même une image positive en traversant le temps. »
NON, la ménopause n’est pas une fatalité.
D’ailleurs, pourquoi ne pas remplacer ce mot par l’acronyme D.O.P.L.A.pour Déficit

Klimt - Die drei Lebensalter avec vous 
(The Three Ages of Woman, 1905) - © Biopredix


En Oestrogénes et en Progestérone Liés à l’ Âge.

Bilan PROTEOMIS 1

Il serait à rapprocher du D.A.L.A. (Déficit en Androgènes Lié à l’ Âge) moins traumatisant que la terrible andropause aux deux dernières syllabes assassines pour la gente masculine.
Cette progestérone joue un rôle essentiel à tous les âges de la vie d’ une femme. Une supplémentation en progestérone naturelle, bioidentique à celle produite par l’organisme a de très nombreux effets bénéfiques notamment autour de la ménopause.C’est la première à basculer. Elle permet sous forme de créme dermique de remplacer facilement cette hormone qui baisse naturellement à l’approche de la ménopause et parfois même bien avant.
Elle peut donc corriger sans risques les déséquilibres hormonaux péri ou post - ménopausiques à leur origine et ainsi améliorer quasiment tous les symptômes inhérents ( gonflement des seins et de l’abdomen, sueurs nocturnes, bouffées de chaleur, perte de bien-être, fond dépressif (tristesse, mélancolie) ).

Bilan PROTEOMIS 2

Pour soulager durablement et sans effets secondaires les symptômes qui accompagnent la ménopause , il faut trouver un juste équilibre des fluctuations hormonales et éviter la prépondérance des effets des oestrogènes sur ceux de la progestérone.
Des taux excessifs d’oestrogènes par rapport aux taux de progestérone augmentent le risque de cancer du sein. Notons que l’ hyper-oestrogénisation environnementale de la femme (...et de l’homme) est un vrai probléme de santé publique. La progestérone joue essentiellement un rôle antiprolifératif s’opposant à celui prolifératif dans le sein et l’endomètre des oestrogènes.
Les seins peuvent être douloureux et si prothéses mammaires un ventre gonflé et douloureux est à prendre en compte. La prise d’un traitement combiné des oestrogènes et de la progestérone protége quant à lui des maladies cardiovasculaires et de l’ ostéoporose(diminution de la masse osseuse).
On ne traite pas la ménopause de façon isolée.Il faut regarder l’ensemble et voir si le foie est en bon état, vérifier qu’il n’y a
pas une insuffisance rénale ou une déshydratation. Si une patiente vient en consultation parce qu’elle est fatiguée, ne pas se polariser sur le THS ( Traitement Hormonal Subtitutif ).
Il faut regarder à quel moment et de quelle façon se manifeste sa fatigue. Si c’est le matin et qu’après, dans la journée elle va bien, cela peut être la thyroïde et il faut regarder les niveaux de T3,T4,TSH (*).
Si cette fatigue est vraiment très importante et d’ intensité constante toute la journée, il faut doser le cortisol (*). Chez celles qui travaillent beaucoup, qui sont stressées, le cortisol chute et, du coup, c’est une inflammation générale de tout le corps, en particulier digestive

Impactant sur notre microbiote intestinal(*).

« PRESENTATION » avec vous 2 - Trace elements - © Biopredix
« PRESENTATION » avec vous 1 - Vitamins profile - © Biopredix

Après avoir fait ce tour d’horizon général, on réalise quelque chose de très spécifique qui est l’analyse de protéomique fonctionnelle(**). C’est en fait une analyse de sang, un examen assez global qui va nous renseigner sur le Terrain et nous indiquer , entre autres, si des pathologies se profilent , ou plus précisément s’il existe, par exemple, une sensibilité aux oestrogénes.Le mode de vie,certes, ne suffit pas...mais...sur le plan nutritionnel et micronutritionnel, cela part en fait des analyses sanguines que l’on fait.On analyse le Stress oxydatif(*), les oligoéléments(*), les vitamines(*) et les acides gras(*).
Ces analyses permettent de voir tous les taux ( vitamines A,E,C, Zinc, Cuivre, Sélénium, W3,W6,...) et de dépister les déficits, les carences et les subtoxicités. Les résultats sont très précis et ce qui est mesurable est maitrisable.

Un mot sur le dosage du sulfate de DHEA (*), la mère des hormones.

« PRESENTATION » avec vous 4 - Example of a profile: Oxidative stress - © Biopredix
« PRESENTATION » avec vous 3 - Fatty acids profile - © Biopredix

Au cours du vieillissement normal, la diminution du sulfate de DHEA est associée à une augmentation de la cortisolémie ( surtout pendant la nuit) et le ratio DHEA/Cortisol diminue dans le plasma sanguin.
La diminution de ce ratio est accentuée chez les patients atteints de démence sénile ou de dépression. Compte tenu des actions antiglucocorticoïdes de la DHEA, sa diminution associée à l’augmentation du cortisol accentue l’effet délétère du cortisol sur les fonctions cérébrales ( troubles de la mémoire et un impact sur l’humeur source de dépression.
Si vous donnez uniquement de la DHEA vous allez apporter un tout petit peu d’oestrogénes mais surtout beaucoup de testostérone .
S’il n’y a plus beaucoup d’hormones féminines en face, vous allez masculiniser la personne et il va y avoir une pilosité excessive ou même une hyperandrogénie, trop de sébum, des petits points blancs, une séborrhée accentuée.Le suivi longitudinal avec des points de contrôle intermédiaires est ainsi la base de la Médecine P4© de l’AntiAge.
Oui, la ménopause peut être une belle période de la vie si l’équilibre neuro- hormonal est préservé assurant l’harmonie entre le corps et l’esprit. La transformation de son corps débarrassé des fluctuations mens(tr)uelles peut s’accompagner alors d’un doux mouvement intérieur vers plus d’introspection, de recentrage, de calme, de sérénité...pour, enfin, s’occuper d’elle- même.

Dr Jean-François Bézot
Biologiste.


« Quand sonna l’heure du réveil, devant moi tu réapparus,vision à peine ébauchée, claire image de la beauté »
Alexandre Pouchkine (1799- 1837)
Mai 2022
Par Luxe Magazine
(*) biopredix.com (**) proteomis.com