Tendances


Billet d'humeur n° 2 du Biologiste Jean-François Bezot  : tolérance et intolérance alimentaire

Du titre de ce billet d’humeur, le mot tolérance résonne avec celui de bienveillance, la faculté d’accepter, de supporter, jusqu’à une certaine limite, dont la frontiére se nomme l’intolérance.

Tolérance, intolérance


L’intolérance alimentaire se produit lorsque l’organisme n’est pas capable de digérer proprement un aliment et d’éviter l’absorption de ce « corps étranger ».
Dans cette société de stress, nous mangeons trop vite, nous buvons en mangeant, nous parlons à table, nous ne mastiquons plus et notre denture n’est pas forcément la plus carnassière.
La « malbouffe est mauvaise », on le sait, mais même la bonne nourriture saine, peut être source de « mal être ».
Un intestin sain, au microbiote équilibré, protége l’organisme des réactions indésirables aux aliments.
Une dysbiose, qui est le déséquilibre de la flore résidente probiotique par la flore transitoire, provoque le départ d’une inflammation de bas grade ( L’ inflammaging anglo-saxonne).

L'inflammation s'immisce sournoisement dans l'organisme

)
Silencieuse, sournoise, l’inflammation s’auto-entretient et évolue au fil des ans.
Et subitement, c’est la crise et elle devient chronique, avec une montée en puissance ponctuée de crises aiguës.
Il faut éteindre le feu et rééquilibrer l’organisme suite à l’analyse fonctionnelle de notre microbiote intestinal ( *).
Etroitement liée à l’augmentation de la perméabilité intestinale, les IgG sériques pathologiques signant une intolérance alimentaire, par leur activité inflammatoire peuvent majorer l’inflammation de bas grade symptomatique , si elle se prolonge dans la chronicité.
Les perturbations s’expriment, dans le meilleur des cas, sous la forme de troubles fonctionnels, les maux chroniques qui peuvent nous polluer la vie jusqu’au pire, c’est-à-dire sous la forme de maladies auto-immunes.
Le probléme est que ces intolérances alimentaires produisent une gamme de symptômes qui peuvent facilemement être attribués à d’ autres causes : bouleversements digestifs, colites, problèmes de poids, mucosités nasales, sinusites, migraines, mictions urinaires fréquentes, douleurs musculaires, tendinites, fatigue, eczéma, fond dépressif,… .

Un bilan sanguin qui dévoile le cadre nutritionnel à prescrire


Le bilan sanguin systématique de tolérance alimentaire (*) par le dosage de ces IgG anti-nutriments est ainsi largement préconisé.
La grille de lecture de ces profils est rapide et agréable.
Le rendu est propre et net.
Ils permettent de définir un cadre nutritionnel efficace pour nous inciter à adopter une alimentation personnalisée et un style de vie sain.
C’est notre « feuille de route » d’ hygiéne alimentaire pour se sustenter sans abus d’une nourriture bienveillante, équilibrée et proportionnée, variée et en alternance.
Tout ceci pour optimiser notre longévité et améliorer notre état de bien-être ( concept de MédecineP4©).

« Que ta nourriture soit ton médicament… » ( Hippocrate – 370)…, alors que ce médicament soit un Soin de Santé Personnalisé, défini par un bilan de tolérance alimentaire (*) .


(*) Biopredix.com
Février 2022
Par Luxe Magazine