Evasion


Millésime : La fabrique de souvenirs avec Philippe Monnin et Alexandra Patek

Millésime, un groupe hôtelier né en 2014, de la passion et de l'envie d'Alexandre Patek et Philippe Monnin, de créer des maisons qui leur ressemblent et dégagent une âme !
"Dans nos demeures nous souhaitons véhiculer du sourire et du plaisir" nous confirme Philippe Monnin. Des lieux attachants où l'on se sent comme chez soi ! Tout un programme...
Entretien avec Katya Pellegrino

Alexandra, Philippe, vous avez fondé Millésime en 2014. Pouvez-vous d'abord nous en dire plus sur vos parcours respectif ?

Portrait Philippe & Alexandra


Alexandra est un pur produit juridique, spécialiste du droit des affaires, ayant eu son propre cabinet. Pour ma part, j'ai travaillé pendant 25 ans dans les domaines de la gestion du patrimoine et de la finance. Nous avions tous deux fait le tour de nos professions et souhaitions prendre une nouvelle orientation.

Comment est née l'idée de Millésime ?

Il n'y a pas eu véritablement d'idée prédéfinie à l'origine de ce projet. Une occasion s'est présentée et nous avons marché à l'instinct... Ce fut la Maison Villa Pastel.
De surcroît l'idée d'ouvrir des lieux qui recèlent une âme et apportent une alchimie, était pour nous fondamental !

Quelle a été cette occasion ?

Un ami m'a dit un jour : "Tiens Philippe, il y a une maison à Arcachon qui devrait t'intéresser, tu devrais aller la voir !". Je suis rentrée à Paris, j'ai dit à Alexandra qu'on pourrait faire quelque chose de cette maison, une maison d'hôtes par exemple, qu'il fallait l'acheter car cela semblait une belle opération. Nous l'avons acheté à plusieurs. C'était à l'été 2013. Il s'agit de la Villa Pastels. Puis on s'est dit qu'on aimerait bien faire quelque chose dans les vignes, en ville, de la restauration, et tout s'est enclenché. En septembre 2015, nos maisons d'Arcachon, de Pessac Léognan et Bordeaux étaient en exploitation. L'activité nous a plu, notre business fonctionnait bien et nous avons décidé de nous investir à 100% dans ce "Millésime".

Pourquoi ce nom d'ailleurs ?

En tant que Bordelais, la référence au vin, puisque nous étions sur un concept de partage, nous a semblé évidente. Cela signifie aussi "une année". Et chacune de nos maisons a une année marquante, dont nous pouvons parler. Enfin, c'est un mot international.

Sur quels critères choisissez-vous ces maisons ?

Château de Sacy, au milieu des vignes
Château de Sacy
Château de Sacy

Le coup de coeur ! Nous aimons les propriétés qui ont une âme, une histoire. Nous avons la passion du beau, du bon. Nous ne cherchons pas absolument du luxe, mais avant tout un lieu avec lequel se fait une connexion que nous qualifierions d'alchimique. Il y a des lieux qui ont définitivement quelque chose en plus.

Combien de propriétés avez-vous aujourd'hui ?
10 hôtels et 8 restaurants. Nos hôtels comptent en moyenne une dizaine de chambres. Seul l'établissement que nous allons ouvrir à Megève prochainement, aura 28 unités, soit 16 chambres dans le bâtiment historique et 3 chalets de 4 chambres. Ces petites structures nous permettent d'atteindre un niveau de détail unique, qui va choix du site à celui de la pince à sucre !

Votre décoratrice d'intérieur fait des merveilles ! Parlez-nous d'elle, Philippe ?
Cocorico - Porto

Marie-Christine Mecoen était la fille du boulanger de mon grand-père ! Je la connais depuis que j'ai 5 ans ! Elle est non seulement décoratrice mais aussi antiquaire. Elle en avait 17. C'est une visionnaire. Elle va chercher des ambiances. Elle s'inspire de l'environnement de l'hôtel, comme à Porto par exemple, où vous retrouvez toutes les couleurs de la veille ville dans les chambres. Elle s'adapte tout en gardant un fil rouge. Elle est capable de dénicher des pièces incroyables ! Parfois, nous ne sommes pas toujours d'accord mais elle finit toujours par nous convaincre ! Nous lui faisons entièrement confiance. Enfin, elle aime le beau et va jusqu'au bout... Les rideaux du Château de Sassy ont pris par exemple un an de travail, réalisés par trois couturières ! Nos clients ont ainsi toujours l'occasion de tomber sur quelque chose de remarquable. Ils nous disent souvent d'ailleurs que nos maisons sont "instagrammables" !

Une autre femme, tout aussi garante de l'esprit du groupe, fait également de vos restaurants, des lieux qui vous ressemblent. Qui est-elle ?

Flora Mikula
Cocorico - Porto

Il s'agit de Flora Mikula. Alexandra et moi souhaitions une cuisine type bistronomique, qui mette en avant les produits et le terroir. Nous ne voulions ni faire de la brasserie, ni de la gastronomie. Nous voulions avant tout "une cuisine du sourire" ! Et nous avons découvert son restaurant L'Auberge de Flora. Sa cuisine est généreuse en goûts, qui plus est engagée. Nous l'avons emmené à Bordeaux pour la création de notre premier restaurant et le succès a été au rendez-vous ! Nous faisons 22 000 couverts par an ! Nous avons pris une belle vitesse de croisière immédiatement. Flora s'est prise au jeu et nous avons ouvert d'autres adresses. Le Domaine de Raba possède 3 restaurants, dont un restaurant healthy et un restaurant de viande.

Quel est le concept des hôtels et restaurants Millésime ?

Domaine de Raba

Chez nous, les clients sont comme à la maison, et même mieux ! La formule est sans doute déjà un peu galvaudée mais c'est vraiment ça. Nos équipes sont en chemise et baskets. Nous voulions casser l'esprit château, même si ça bouscule les habitudes. Nos clients peuvent se servir dans le réfrigérateur ! Il n'y a pas non plus d'horaires de petit-déjeuner. Ils font ce qu'ils veulent. Nous sommes "anti-buffet". Il n'y a rien de pire que d'avoir à se lever et à se rasseoir tout le temps pour aller chercher ses viennoiseries, à faire la queue ou à devoir déambuler entre les tables. Nous préférons servir à la place.

Et le développement à l'international ?

Nous avons déjà Megève et la Baule qui sonts des coups de coeur et des opportunités.
Nous aimerions bien la Grèce à Paros, mais avant de se développer à l'international, nous avons eu besoin de devenir un effet de marque, une référence en matière d'authenticité, de nature avec ce "recevoir" de maître de maison !

Quel est le prix moyen de la nuit dans vos maisons ?

La Palmeraie à La Baule

Nos prix sont raisonnables, de 200 € à 600 € la nuit, pour la plus chère. Quant à nos menus, nous sommes autour de 38 € pour trois plats.

Quel est le plus beau compliment qu'un client vous ait fait à l'issue de son séjour ?

Qu'il ne voulait plus en partir !
Septembre 2019
Par Katya PELLEGRINO