Choisissez votre langue / Select your language

FrançaisEnglish中文

A La Une


Ludovic Lazareth : concepteur de créatures mécaniques

Ludovic Lazareth devait être un "concept" dans une vie antérieure. Déjà tout petit, il "bricole" tout ce qui possède un moteur : deux roues, puis trois ; hydravions, sous-marins. Il s'attaque aux voitures thermiques, aux mobylettes, restaure une Mini. À 20 ans, il sort de son cerveau en ébullition, un hot road américain sur un châssis tubulaire. .

A Moscou
Mini pick up
Pour Ludovic, tout roule

Timide et discret mais le regard espiègle, Ludovic Lazareth ressemble à un garnement heureux de sa dernière invention. Avec en poche un bac F1, un DUT de génie mécanique, ce diplômé de l'école Sbarro, ancien mécanicien dépanneur à l'armée et élève remarqué du Département "prototypage" chez AIXAM et MEGA est aujourd'hui une des références dans l'univers de la construction et de la création d'automobiles, de motos, de quads ou d'autres engins nés de son imagination fertile. Car pour Ludovic, tout roule.

La passion de la transformation

Mais c'est surtout à l'école Sbarro, créée par le designer italien du même nom, qu'il peut enfin exprimer son talent. Lancés au défi de réaliser une voiture pour la fin de l'année, Ludovic et son groupe construisent en 1993 le concept car Isatis. Aujourd'hui, si la salle de jeux a grandi, Ludo a gardé son engouement d'enfant et carbure toujours à la passion de la transformation. Repéré dans ses débuts par les médias, grâce à ses prototypes futuristes comme la 1000 FZR Turbo, Ludo peut réaliser ou modifier n'importe quel engin à la demande et à la carte. Équipé d'un cerveau avec compas 3D intégré, il maîtrise toutes les opérations d'un prototype, que ce soit de la conception à la réalisation finale. Quand on voit la B-King, moto créée sur une base
d'Hayabusa ou la superbe Wild Star, conçue à partir du moteur 2 cylindres en V ou encore ces Minis relookées aux moteurs gonflés à bloc, on se prend à rêver d'engins extra-terrestres !

Partir du minimum et créer

"Le processus de création est nécessairement quelque chose qui évolue sans cesse. Avant je partais d'une moto et je la modifiais. Maintenant, je pars d'un moteur qui me plaît et je construis la moto autour. Mais je tends de plus en plus à me libérer de toute base pour construire des prototypes. Partir du minimum et créer."

Des prototypes racés



À ce jour, Ludovic compte 12 prototypes réalisés dans son nouveau bâtiment et son atelier de 500m2. Dans son show-room : des engins géniaux, esthétiques, racés comme ces deux motos Honda : une 1000 VTR, la Dokujya (en Japonais le venin du serpent") et une 800 VFR, la V800, deux créatures mécaniques, "bijoux avant-gardistes". En préparation, un quad de 17 pouces et un moteur de 1000cc qui attend de pousser ses chevaux jusqu'à 200kmh....
S'il a pris ses distances avec le tuning qui selon lui "englobe tout et n'importe quoi", ce n'est pas pour autant qu'il boude des salons comme le PTS (Paris Tuning Show). C'est d'ailleurs sur son stand que s'arrête en février dernier, médusé, un certain Mathieu Kassovitz en recherche d'engins futuristes pour son prochain film. Les Américains eux-mêmes mordent à l'hameçon de ce marché du "proto". Pour preuve, Fabrice Bosse, un de ses clients résident aux U.S, parti conquérir les Amériques avec un "jouet" à faire pâlir Mad Max : une Ducati rouge 1000SS, la 1000Miles et son look néoclassique.

Un passionné professionnel

Il est loin le jeune apprenti qui bricolait dans son garage de Haute-Savoie. À 36 ans, Ludovic Lazareth a conquis l'ensemble de la profession et séduit tous les aficionados. Classé constructeur auto-moto (il a même déposé un brevet sur le fonctionnement de suspension d'un mono-fourche !), il roule aujourd'hui sur la route des professionnels et attaque le virage très serré des constructeurs nationaux et internationaux. Qu'on se le dise.

Septembre 2005
Par Claire BUART

Ludovic Lazareth
5 impasse des Prairies, Parc d'activités économiques des Glaisins
74290 Annecy le Vieux
04 50 69 88 65

lazarethautomo@free.fr
www.lazaret.fr



 



Crédit photos

Toutes les photos ont été réalisées par Jean-Marc Favre, photographe professionnel