Choisissez votre langue / Select your language

FrançaisEnglish中文

A La Une


L'Hôtel : un palace de poche à Saint-Germain-des-Prés

Le plus joli hôtel de la rive gauche est situé au quartier Latin.
L'ancienne pension de famille reconvertie en "Hôtel des Beaux-Arts", puis rebaptisé "L'Hôtel", est un des trésors de Saint-Germain-des-Prés, à deux pas de l'École des beaux-Arts. Jacques Garcia en a fait une véritable bonbonnière. Pas une chambre ne se ressemble et le bar du sous-sol a été remplacé par une piscine.
L atrium et ses si tages desservis par un ascenseur boudoir capitonn
Le restaurant Le B lier fa on Napol on III
Chambre Roi de Naples avec son mobilier Restauration
Chambre Reine Hortense avec terrasse
Chambre Oscar Wilde avec bow window et terrasse
Hier et aujourd'hui


Nous avions connu cet écrin merveilleux, rempli de grâce, d'élégance et en salons intimes sous le règne de Guy-Louis Duboucheron, propriétaire extravagant, fondateur du prix Oscar Wilde avec Maria-Pia de Savoie et Jacques de Ricaumont. Jolie époque où le restaurant était traversé par un véritable arbre qui se prolongeait sur la terrasse.
Aujourd'hui, le nouveau propriétaire, Jean-Paul Besnard, vient de donner un nouveau souffle à L'Hôtel en faisant appel au décorateur Jacques Garcia qui a posé sa griffe très Napoléon III sur chaque mur, chaque fauteuil, chaque table et chaque chambre. Comme un appel à parler de façon plus feutrée, à porter des costumes plus étroits et à boire des cocktails d'hier et de toujours dans ce bar si distingué fréquenté par Fanny Ardant, qui semble avoir donné rendez-vous à la reine Hortense...


Une bonbonnière wildienne


"Je meurs au-dessus de mes moyens", s'exclama Oscar Wilde, quelques jours avant de rendre l'âme, en 1900, dans sa petite chambre de la pension de famille qu'il habitait dans la rue des Beaux-Arts. L'Hôtel a la mémoire longue et perpétue le souvenir de l'auteur du Portrait de Dorian Gray. Aujourd'hui, sous un cadre de verre, dans la nouvelle chambre agrandie et rénovée qui porte son nom, figure la note impayée de 2.643 F que monsieur Poirier, le propriétaire, avait gardée précieusement dans ses papiers.


Du rococo à l'extravagant


Clin d'œil ironique à l'histoire de cet établissement à travers cette chambre mythique : toutes les tentures, la tête de lit ornée de cygnes comme les bibliothèques et la "bow-window", rappellent l'intérieur de l'appartement qu'Oscar et Constance Wilde habitaient à Londres. Reconstitution émouvante en hommage à l'écrivain sulfureux et à la belle élégante qui l'avait épousé. Mais aujourd'hui, le curieux peut, s'il le souhaite, dormir dans une des vingt chambres entièrement réinventées sous l'impulsion de Jacques Garcia, qu'il s'agisse de la très rococo "Viollet-le-Duc" avec ses velours de Gênes pourpre et son mobilier médiéval digne de Pierrefonds; de l'orientale "Pondichéry" avec ses tentures violet et or, véritable réplique d'une des chambres du château de Champs de Bataille, en Normandie (racheté par Jacques Garcia) ; de la "Mistinguett", une des plus extravagantes, reconstitution fidèle de sa chambre à coucher de Bougival, avec ses appliques art déco Lalique, ses murs en galuchat et son lit en verre, ou de la "Marco Polo", ornée de potiches géantes en porcelaine.


Un écrin pour esthètes


On vient à L'Hôtel pour y dormir douillettement, y traîner au lit et laisser voguer son imagination. Une invitation à vivre des heures baudelairiennes, prolongées dans les caves voutées, par quelques brasses dans la petite piscine du sous-sol ; un long moment de transpiration dans le sauna, et des repas savoureux dans la salle à manger "Le Bélier" très "Napoléon III", où un chef catalan de 29 ans autodidacte, ancien second de Jean-Pierre Vigato, Rafael Pell, propose une cuisine savoureuse et expressive : pigeon désossé et rôti, souris d'agneau confite, entrecôte de bœuf argentin, risotto crémeux de langoustines ou ravioles de tourteau au cresson. Dans les alcôves du bar si prisées par Carole Bouquet ou Mick Jagger, le caustique Laurent que chaque visiteur appelle par son prénom, suggère même un cocktail "Oscar Wilde" (Angostura, Martini rouge, Irish Whisly Paddy). Du grand art !
Octobre 2004
Par Gilles BROCHARD
L'Hôtel
13, rue des Beaux-Arts,
75006 Paris.
Tél : (33+1) 44 41 99 90
Courriel : reservation@l-hotel.com
www.l-hotel.com
Réservation au restaurant "Le Bélier" : 01 44 41 99 01
Le Déjeuner du Bélier (suggestion du jour, dessert au choix et café) : 25, 50 euros. Carte : entre 50 et 68 euros.