Evasion


La Dolce Vita à la montagne  !

Ce n’est pas une station de sports d’hiver chic et snob mais un ancien village d’alpage (chalets de pierre, toitures en lauzes) à 1.850 mètres d’altitude. Il domine toute la vallée de la Tarentaise, exposé plein sud, il se dore au soleil 300 jours par an. Cette année, il croule sous la neige ! « Nous n’avions pas vu cela depuis 60 ans » se réjouit la marchande de fromages du village. La station bénéficie d’un autre avantage : son domaine skiable est relié à celui de sa cousine valdôtaine, la Thuile d’Aoste. La réunion des deux domaines, qui porte le nom poétique de San Bernardo, compte 160 km de pistes. On y pratique un ski doux ou sportif mais aussi l’héliski sur les sommets italiens alentour. Zoom avec Michèle Lasseur.

Un hôtel 4 étoiles flambant neuf

L’ hôtel est connecté à la vie montagnarde avec ses 47 chambres et 22 suites (dont 10 de luxe de 58 à 76 m2) baignées de lumière naturelle et qui donnent sur le domaine de ski. Atmosphère décontractée, jeune, bon chic bon genre, sans cheminée, sans fourrure et sans le decorum « boisé » habituel de l’hôtellerie chic d’altitude. Une création signée Marielle et Nicholas Plummer, couple de promoteurs franco-anglais qui connait la région sur le bout des skis : « Nous avons créé un décor en écho avec la montagne, l’hospitalité et… l’histoire » explique Marielle Plummer, « Avec une touche de fantaisie : Hannibal ! Le général carthaginois est célèbre pour avoir conduit une armée accompagnée de 37 éléphants à travers les Alpes jusqu’aux plaines d’Italie. Il serait passé tout près d’ici, par le col du Petit Saint-Bernard, en 218 av. J.C." « Je dois rendre à César ce qui appartient à César » ajoute-t-elle en souriant. « C’est mon architecte d’intérieur, qui a eu l’idée ». Et le bar « Surus » a donc été baptisé du nom de l’éléphant favori d’Hannibal. Le client arrive dans sa suite, ouvre le dressing et se retrouve en face d’un éléphant en costume. Il est intrigué et il déroule le fil d’Ariane. Une interprétation « very dandy » du général carthaginois !



Le décor du Hyatt Centric La Rosière joue l’élégance à tous les étages. Le cabinet d’architecture d’intérieur basé à Londres, LXA (Byblos Hotel à Palm Jumeirah, Park Hyatt et Hyatt Regency Bar à Dubaï...), avec la complicité de Marielle Plummer, s’est laissé aller à des modernismes pleins d’attraits. Jongleries avec les volumes, audace dans les alliances de matériaux, confort superbe des salles de bains. Quelques meubles ont la responsabilité de donner une allure bien personnelle. Nous pensons aux coffres en sapin (de vrais troncs d’arbres) créés par une société italienne du sud de Turin, Di Giovanni. Les tissus des fauteuils et des chaises des restaurants viennent d’une société niçoise. Et pour la touche locale, au-dessus des lits, des photographies d’Art réalisées par Philippe Royer mettent en scène les guides de la vallée. Les murs lissés d’un enduit clair, inspiré du tadelakt marocain, la literie italienne haut de gamme Dorelan participent à la même provocation séductrice.



Les serveurs portent l’uniforme « chasseur alpin » : béret, bretelles et chemises à carreaux. et servent les produits bio des petits producteurs de la région. Touche sympathique, la cuisine ouverte en son centre. Ce restaurant respire le terroir savoyard et… la mythologie locale. Ainsi, son nom H40 s’inspire de la traversée des Alpes par Hannibal avec ses 40 éléphants (ou 37, on ne sait plus au juste). La mascotte du H40 est un grand éléphant de bois qui symbolise toute l’histoire. En plats signatures, vous aurez le choix entre des « oreilles d’éléphant », des linguines au homard, l’épaule d’agneau cuisinée dans le foin ou les traditionnelles fondues. Sans oublier le Mont-d’or que l’on déguste à même la boite sortant du four. Arrosé d’un pinot noir ou d’un verre de vin des Glaciers vieilli en fût de mélèze dans les caves fraîches du village de Val d’Anniviers.



Au 1er étage, on se retrouve dans un salon-bibliothèque à l’esprit « club » avec cheminée. À la carte, une sélection de thés, cafés et infusions, des cocktails et un choix exclusif de rhums. Parmi les meilleurs, le Zacapa, rhum de la révolution guatémaltèque directement sorti du tonneau.



Ouvert pour le dîner, « La Tavola » sert des plats italiens authentiques, bio et équilibrés, accompagnés de vins de montagne. On se régale de pizzas accompagnées d’une bière « Eléphant », 1er choix de chez Carlsberg. La carte revisite les grands classiques italiens. Le chef, Gabriel, apprécie la culture locale qu’il sait embellir avec talent. Il organise des rencontres avec les meilleurs artisans de la région. Au programme : dégustation de fromages (chèvre et Beaufort), cueillettes de plantes de la montagne et visites de fermes.

Le Summit Spa



Après une journée de ski, on peut confier son corps endolori au Spa de l’établissement. 420 m2 sont dédiés à la détente et à la relaxation. Direction le bain à remous extérieur puis nous profitons des chaises longues et du soleil. La Rosière enregistre autant d’heures d’ensoleillement que la Côte d’Azur ! Après le sauna et le hammam, nous faisons quelques brasses dans la grande piscine intérieure. Aggie nous accueille à la réception du Spa. Elle est Polonaise et parle couramment anglais et français. Elle travaille pour « Massage Me », un service de massage à domicile créé par une anglaise, Anna Beadle, installée en Savoie. Le Summit Spa propose une carte de soins-massages destinée aux skieurs d’une saison comme aux vrais sportifs.
Nous choisissons le soin « Le Skieur », spécialité de ce Spa de montagne. Aggie se concentre sur les mollets et les cuisses, soulageant ainsi les douleurs et les tensions. Nous sommes prêts pour la prochaine journée sur les pistes. Les soins sont pratiqués avec les produits Pure Altitude à base de plantes des Alpes dont la fleur d’edelweiss cultivée sur les montagnes environnantes. Contenant plus de 50 minéraux, la plante réunit des propriétés antioxydantes et reminéralisantes.

Michèle Lasseur
Février 2018
Un conseil : réservez bien en avance votre massage car le carnet des réservations se remplit très vite.
Hyatt Centric est la marque dédiée aux boutique-hôtels de la chaîne, principalement gérés en franchises. Lancée en 2015, elle comprend 13 hôtels aux Etats-Unis, Hawaï, en Uruguay, à la Barbade et à Tokyo.

Mon avis
J’ai aimé :
- emplacement idéal au centre de la Rosière
- le massage. Et les gestes pour décontracter les muscles
- le ski room dans l’hôtel (avec tous les équipements). On part ski aux pieds vers les pentes. C’est tellement plus agréable !
- la conciergerie pour récupérer les forfaits, réserver les cours de ski, le kitesurf ou pour les raquettes et les chiens de traîneaux.
- l’accès skis aux pieds vers les 160 km de pistes de l’Espace San Bernardo qui relie La Rosière à La Thuile en Italie
- la promenade en raquette. Départ dans une nature intacte silencieuse, saupoudrée de blanc. Les raquettes font crisser la neige. Nicolas nous guide sur des chemins fléchés, à la rencontre de la flore hivernale.

HYATT CENTRIC LA ROSIERE
Les Eucherts
73700 La Rosière
Montvalezan
Savoie
catégorie 4*
71 chambres et suites dont 12 suites pour les familles
Ouvert de décembre à avril et de juin à septembre.
Chambre avec demi-pension incluse : à partir de 290 € pour 2 personnes
hotellarosiere.com
larosiere.net

Accès station :
Gare TGV Bourg Saint Maurice : 20 km – 30 mn
Aéroport de Chambéry : 130 km – 1 h 50
Aéroport de Lyon : 150 km – 2 h 30